A Valorena les sacs bleus et jaunes ont fait leur apparition

Publié le par trionzanantes.over-blog.fr

Frédéric Gelz dirige à Valorena une structure qui propose un dispositif de recyclage qui porte le nom de Tri’Sac. C’est dans cette usine à Nantes, plus précisément aux abords de la Loire que nous l’avons interviewé afin d’effectuer notre reportage sur le dispositif Tri’Sac.

Sourire jovial, regard passionné, amical, Frédéric Gelz directeur adjoint de Valorena, nous a accueilli dans sa merveilleuse machine à trier les déchets.

truc2

 Valorena, situé dans une zone industrielle, a été mise en service en octobre 1987 (23 ans), dans le but d’incinérer les déchets de l’agglomération nantaise. C’est en 2006, que l’entreprise à décidé de baser son objectif sur le recyclage avec le dispositif Tri’Sac.

 

truc23 

 

Frédéric Gelz gère en codirection avec Monsieur Angibaud, la plus grosse entreprise de « tri des déchets de Loire Atlantique », c’est l’une des plus importantes de France. Les 42 salariés trient et incinèrent 600 tonnes de déchets par semaine, soit environ 31800 tonnes de déchets par an, rejetés par les nantais.

 

Valorena partage le traitement des déchets de l’agglomération Nantaise avec 2 autres usines: -Véolia-Arc-en-ciel

- l’association Eco-Rev.

 Valorena trie environ 2/3 des déchets de Nantes ensuite ils sont dirigés vers Véolia qui traite les déchets recyclables (sacs jaunes). Par ailleurs 2% des sacs jaunes ne sont pas dirigés vers les entreprises de recyclages puisque la fibre optique qui permet de séparer les sacs jaunes des sacs bleus détecte aussi les sacs défectueux et les oriente systématiquement vers la chaîne des déchets à incinérer.

Le dispositif tri’sac est un service exclusif en France qui vise à faciliter le geste de tri et optimiser la valorisation des déchets ménagers. Nantes métropoles participe aux investissements de départ.

 

Le dispositif Tri'Sac est caractérisé par un sac jaune pour les déchets recyclables et un bleu pour les déchets non recyclables que Nantes Métropole distribue gratuitement. Ainsi les nantais peuvent trier leurs déchets. Une fois le tri effectué dans le foyer, les sacs sont déposés par l'habitant dans un même bac ou dans une colonne enterrée et font l'objet d'une seule collecte. Ce procédé présente le double avantage de simplifier la démarche de l'usager et d'amoindrir l'encombrement sur l'espace public. Nous avons d’ailleurs remarqué une amélioration positive du recyclage effectué par les nantais.

Ce dispositif a couté a l’entreprise environ 19.6 millions d’euros mais comblé par un chiffre d’affaire de 15 millions d’euros par an.



 

Fonctionnement de l’usine



 

Tout d’abord la chaîne des déchets commence par le ramassage des ordures par les camions à doubles compartiments. Une fois ces déchets ramassés, ils sont dirigés vers l’usine Valorena afin que celle-ci sépare les sacs de couleurs grâce aux machines et à la technologie de l’usine. Les sacs sont directement mis sur un tapis roulant qui les dirige vers des machines optiques, dévient les sacs selon leur couleur puis les sacs jaunes sont dirigés vers les usines de recyclage et les sacs restant sont incinérés à Valorena.

Mais malheureusement, certains nantais recyclent mal, comme le dit Mr.Gelz : «   Nous ne vérifions pas manuellement le contenu des sacs, ce qui peut altérer le bon fonctionnement du dispositif car le verre ne doit pas être jeté dans les sacs (bleus et jaunes ) mais dans des conteneurs prévus à cet effet, et cela pour plusieurs raisons  » 



 

Cela peut en effet entraîner des disfonctionnements sur la chaîne de tri du dispositif. Et provoquer une intervention ponctuelle d’un employé afin d’enlever les morceaux de verre gênant car celui-ci se consume plus lentement et rejette des résidus polluants tels que des poussières de bicarbonate de sodium et des acides que nous retrouvons dans les fumées. Mr.Gelz nous rappelle par ailleurs que le verre peut blesser les personnes qui trient les sacs jaunes à l’usine de recyclage. Tout cela provoque une perte considérable de déchets qui auraient pu être recyclés.

 

Une question se pose alors, que mettre dans les sacs jaune ?                                       D’après Mr.Gelz «  le papier, tout ce qui est en carton, les boites de lait, les bouteilles d’huile, les pots de yaourt, et tous les emballages sur lesquels est mentionné le « logo recyclage »  

truc23-copie-1.                                                                                                                                                                                                                                          

Donc pour faire court, d’après Mr.Gelz nous pouvons nous fier aux logos qui apparaissent sur nos emballages car ils nous aideront à utiliser correctement le dispositif tri’sac.

Nous pouvons encore améliorer le potentiel du dispositif, dans des gestes quotidiens et faciles. Notre interlocuteur nous conseille par exemple de laver nos canettes, nos pots de yaourt.. Alors, Messieurs et Mesdames, sortons nos seaux et nos bottes pour récupérer l’eau de pluie qui ne manque pas par chez nous !

 

Valorena est tout d’abord une entreprise d’incinération qui d’après Mr.Gelz « n’impacte pas sur notre environnement puisque l’usine ne rejette que 80mg de CO2 par kilowatt ce qui est peu si on considère que la norme est de 200mg de CO2 par kilowatt ( reportage n°1). Par ailleurs Valorena est équipée de deux fours, qui ont pour but de récupérer les fumées. C’est un système de valorisation des fumées qui permet à l’entreprise de récupérer de l’énergie et d’alimenter environ 16 000 équivalent-logements ( immeubles, bureaux, CHU, hôpital St-Jacques, piscine Gloriette, Cité des congrès…) en chauffage et en électricité et d’économiser, soit, environ 86 000 barils de pétrole. Tout ceci permet d’éviter le plus possible la pollution dans l’agglomération nantaise et donc de protéger notre environnement.

 

Amélie, Louise, Margaux, Thomas et Grégoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article