Trocantons, une association pour qui les déchets n'existent pas

Publié le par trionzanantes.over-blog.fr

Béatrice Mappa travaille pour deux associations, L’EcoCyclerie TroCantons, où elle est responsable pédagogique, et pour l’Union des EcoCycleries, une association regroupant les EcoCycleries, où elle est coordinatrice. Nous l'avons interrogé sur son association et son métier ...


" L'EcoCyclerie TroCantons est située sur le Pays d’Ancenis. Elle y collecte, trie et valorise les déchets encombrants et dérivés afin de redonner une deuxième vie à des produits destinés au rebut. Quand la revente dans ses boutiques solidaires n’est pas possible en raison de l’état du produit, l’objectif est de le valoriser par recyclage des matières. L’EcoCyclerie TroCantons est sous statut associatif, elle est agréée entreprise d’insertion par l’activité économique pour des personnes éloignées de l’emploi. Depuis 5 ans, l’EcoCyclerie s’est organisée pour recevoir et sensibiliser le public (grand public et scolaires) afin de faire comprendre sa démarche vers un développement durable. " Pour cela, elle met en place diverses actions, qui permettent de prolonger le cycle de vie d’un produit grâce au réemploi ou au recyclage des matières : diminution significative des volumes de « Tout venant » à enfouir, réemploi solidaire des produits par leur revente à faible prix, déconstruction des produits pour un recyclage des matières et matériaux, création d’emplois et de parcours d’accès à l’emploi, sensibilisation à la préservation de l’environnement ... L'association a permis de " détourner " environ le quart de ce qui serait allé dans la Benne Tout Venant,"celle où l’on jette un peu tout ce qui reste". Trocantons a 2 types de collecte: la collecte à domicile sur demande, et l’apport volontaire des citoyens. Après la collecte, "les objets sont triés en fonction de leur état mais aussi par catégorie (vêtement, mobilier, électro ménager, ...)." La première valorisation des déchets se fait par le réemploi, c'est-à-dire la revente, et la seconde par la valorisation des matières, parfois après démontage ou déconstruction., donc ceux-ci ne sont pas des déchets. "C’est ce que l’on ne peut pas valoriser qui est un déchet : c’est ce que l’on nomme un déchet ultime (cela représente chez nous environ 10 à 12%)".

Béatrice Mappa est impliquée dans la structure depuis 15 ans, mais cela ne fait que 5 ans qu'elle y est salariée. Son rôle est avant tout pédagogique, mais au sein de l'Union des Ecocycleries, sa mission lui " permet d’avoir une vision plus générale sur les autres structures et d’en dégager les lignes communes. " Elle fait ce métier car elle apprécie " le contact avec les autres, la transmission des savoirs et donc le partage ", puisqu'elle apprend toujours au fil des rencontres. De plus, elle a le sentiment d'être utile, "dans une équipe qui travaille, chacun à son poste et où chaque poste est indispensable ".

L'association sensibilise et parvient à faire réagir les gens en discutant avec eux, en montrant ses activités. Elle a "élaboré un programme pédagogique autour de [ses] actions et  intervient dans le milieu scolaire et lors de conférences, débats. [Elle a] également conçu la « maison grandeur nature » destinée à sensibiliser sur nos pratiques quotidiennes de consommation."

 

Le recyclage

"Le recyclage c’est l’action de refaire de la matière à partir d’une matière déjà utilisée. Il y a des recyclages simples : le verre redevient du verre, etc….. et des recyclages plus complexes : le plastique des bouteilles qui devient du tissu « polaire »." Les objectifs du recyclage sont d'arrêter de jeter définitivement des matières, qui sont parfois polluantes, et d'arrêter d’extraire des matières premières pour la confection de nouveaux produits car les ressources naturelles ne sont pas inépuisables. Le recyclage n'a presque que des avantages : "ça crée des emplois, ça évite des pollutions, ça permet de préserver les ressources, ça donne une autre logique de consommation et les gens prennent peut-être conscience de certaines choses." En revanche, il est vrai que cela coûte parfois cher, mais "sur le long terme on est  gagnant." Aujourd'hui, beaucoup d'objets sont fabriqués en partie avec des matériaux recyclés, le papier, les plastiques, les panneaux en aggloméré de bois, les différents métaux,…

 

Zélie et Iveta

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article